Comment calculer le coefficient de bonus malus ?

Publié le : 03 mars 20235 mins de lecture

Pour la plupart des conducteurs, le système de bonus-malus n’est pas facile à définir, car il est réévalué annuellement en se basant sur le comportement au volant. Chaque assuré peut estimer lui-même son coefficient de bonus-malus en suivant quelques règles de calcul. Cependant, pour éviter de se tromper, l’assureur serait le mieux placé pour fournir un calcul juste d’un bonus-malus d’une assurance auto. En quoi consiste réellement un coefficient bonus-malus ? Comment faire le calcul ? Qu’en est-il des jeunes conducteurs ? 

Le principe du bonus-malus

Le bonus-malus aussi appelé coefficient de réduction-majoration (CRM) est un système de majoration ou de réduction de la prime d’assurance. Il est mis au point par l’assurance auto pour inciter la prudence des automobilistes lors d’une conduite. Concrètement, il s’agit d’une prime calculée sur le comportement de l’automobiliste, notamment sur la base du nombre de sinistres occasionné par ce dernier. Il faut savoir qu’un bon conducteur qui n’a pas provoqué d’accident peut voir sa prime annuelle baissée. En revanche, pour un conducteur ayant causé un accident responsable, la prime est susceptible d’être revue à la hausse.

Pour se renseigner sur quel est mon coefficient de bonus malus , l’assuré peut demander un relevé d’information auprès de son assureur. En principe, celui-ci sera communiqué sous 15 jours. Par ailleurs, il faut savoir que tous les ans, notamment avant la date d’échéance du contrat d’assurance auto avec malus, la compagnie d’assurance envoie le bonus-malus à chaque assuré.

Règle de calcul du coefficient bonus-malus

Au moment de la souscription d’un contrat d’assurance auto, un automobiliste débute avec un coefficient de départ égal à 1 ou 100 %. Cela implique que l’assuré paie 1 fois la prime de base convenue avec l’assureur. Par la suite, au moment de l’échéance annuelle de l’assurance, la prime d’assurance d’un conducteur est réévaluée suivant le calcul du coefficient de bonus malus.

Ce coefficient est réduit de 5 % si le conducteur n’a pas commis d’accident responsable durant toute une année. La prime sera donc multipliée par 0,95. Avec ce mode de calcul, si au bout de 13 années consécutives, le conducteur n’a enregistré aucun sinistre responsable, il verra une réduction jusqu’à 50 % de sa prime assurance. À noter que le coefficient maximum est échelonné à 0,50. Pour information, si l’assuré maintient ce bonus maximal de 0,50 pendant 3 ans, le malus ne s’applique pas à lui lors d’un premier sinistre responsable après cette période.

En revanche, la prime est majorée de 12,5 % en cas de sinistre partiellement responsable. Elle est donc multipliée par 1,125. Tandis que si le conducteur est entièrement responsable, cette majoration est à l’ordre de 25 %, ainsi la prime est multipliée par 1,5. Il faut noter que le malus maximum ne dépasse pas d’un coefficient de 3,5.

Calcul du coefficient bonus-malus pour les jeunes conducteurs

Le fonctionnement du bonus-malus et du calcul de coefficient pour les jeunes conducteurs sont similaires à ceux de tous les automobilistes. En pratique, si un jeune conducteur a un accident responsable, son bonus-malus annuel sera multiplié par 1,25. S’il est partiellement responsable, le coefficient du bonus-malus se multipliera par 1,125. Enfin, s’il est bon conducteur et qu’aucun sinistre ne s’est produit au cours d’une année, son coefficient sera multiplié par 0,95.

Par ailleurs, la différence se situe sur l’application de la majoration. Puisqu’un jeune conducteur est considéré comme un profil à haut risque, la majoration ou minoration s’applique tout d’abord sur le tarif du contrat. Cela implique qu’en cas d’accident, le coût du montant de la prime d’assurance auto malus à payer sera plus élevé. Pour prévenir ce cas, le jeune conducteur doit donc être responsable et prudent lors de sa conduite.